N°63 Lucio Calaferte et Ethor Skull chez Oster Lapwass

 
2011/04/28  - Chez lapwass

63 Lucio Calaferte et Ethor Skull chez Oster Lapwass 

Combien de tueries l'ami ?
Trop long à recompter
J'comprends qu'tu flippes
J'voudrais pas avoir à m'affronter
T'as l'air perdu comme Liliane Betancourt dans un Lidl
Oster le pied droit, Lucio Calaferte et Ethor Skull
Ils causaient shit et mic
J'écrivais à la récré
J'avais déjà la rime
D'ailleurs qu'n'étais même pas réglée (?)
J'te démonte tranquille
En sirotant mon Banga
Ton crew finit en espèce protégée comme le panda
Vingt barres dans ta gueule
Ceci n'est qu'une démo
T'es foutu, comme un bè-bè-bègue
Qui veut le dernier mot
En fait on joue déjà dans la cour des pivots
Et les salauds avec qui j'rappe
Sont mes seuls rivaux
Les gars commencent à s'dire
Putain mais qui est c'type ?
Tu t'prends pour l'père du rap
Mais le move m'appelle OEdipe
Je suis mort
Deux ans après l'âge d'or de Rochus
Depuis ça tourne en rond comme trois albums d'Hocus Pocus
C'est mort pour toi
Dès qu't'as un doigt dans la rouage
On est comme un gang de mexicains
Moins les tatouages
J'me fout du milieu
En sirotant mon Suchard
Si l'rap était une gay pride
Tu s'rais la reine du char

Ya, Ethor Skull
Lucio Bukowski
Dit l'Artefact 2010, Oster Lapwass
Tu sais, hein

Un monde où tout l'hémisphère Sud
Ne rêve que d'l'étage supérieur
Saut périlleux sur ses barrières
Réception sans oreiller
L'Occident voudrait être impénétrable
Comme les voie du Seigneur
Beaucoup en crèvent fuyant la
Misère d'leur pays ensoleillé
Pas intelligent l'argent
Les religions aliènent les gens
L'indigeste mélange allège le genre à m'donner la gerbe
Un monde où certains fous furieux préfèrent
La guerre à la paix
Car ces connards savent qu'y'a du pouvoir
Et du pèze à la clé
Un monde où pour la bombe humaine
Ils programment même des bambinos
Chaque pays a d'quoi faire sauter
Au moins tout un continent
Un monde où les bidonvilles
Poussent plus vite que des champignons
La conscience des hommes a rendu
Mère Nature incontinente
Mais où suis-je ?
Ah oui en France c'est ça
J'réside : cité sans souci
Numéro 666
Y'a pas d'ascenseur social
Pour tout ceux coincés en sous-sol
Ici ça ? ne réussissent que ceux qui s'en sortent se sentent seuls
Un réservoir d'épidémie
Si près de moi qui prédomine
Un monde au pied du mur
Chienne de vie pleine de merde à prix d'ami
Désespoir et puis ?
Qui fait vite taire l'applaudimètre
Pardonnez-moi mais pour demain
J'donne pas cher de la peau des miens
T'es basané même zélé
Bah t'es mal barré désolé
Prédisposé à galérer finir à la rue
Isolé.
Ici c'est Babylone et
L'injustice c'est l'propre de l'homme
C'est triste de dire
Qu'à notre époque
Les riches vivent
Plus vieux qu'les pauvres !

 


Retour aux videos
Kabok
Lucio Bukowski
Ilenazz
Anton Serra


rechercher